Textes : Les bipèdes du Comoédia – Saison I

 

Le réseau artistique de Rodia et Philippe .

Déjà deux ans que Rodia Bayginot et Philippe Ordioni invitent les habitants et les visiteurs du Pays d’Aubagne et de l’Étoile à entrer dans leur ronde. Un travail d’entomologiste où les 1.200 épinglés continuent de voler de leurs propres ailes. Heureux d’avoir pu contribuer le temps d’un cliché à un projet artistique au long cours.

Cette fois-ci, le Théâtre Comoedia sert d’écrin : les artistes de la saison 2009-2010 et les équipes qui les accompagnent sont les sujets. Les uns et les autres, connus et moins connus, sont pris à show après leurs spectacles, pas le temps de se démaquiller ou de s’apprêter pour l’occasion. Ni réduits à leur quotidienneté, ni mis en scène, ils dévoilent une intimité toujours difficile à saisir.

Qui est au premier plan ? Le regard du photographe ? Le tableau ? Le comédien ? C’est encore au spectateur de réaliser sa synthèse en fonction de ses priorités. Un autre jour, une autre humeur, une autre lumière et le tableau revient au premier plan, la photographie se fait discrète et le porteur un passeur. Et inversement. Les combinaisons sont nombreuses.

" On doit être une œuvre d’art ou porter une œuvre d’art " philosophait Oscar Wilde. Certains font les deux. L’art est le premier et le plus ancien réseau social. Et toujours celui où l’on peut se révéler en préservant sa vie privée. Toute la technologie tient dans notre capacité à ouvrir les yeux et la curiosité reste la meilleure des applications. L’art veut être votre ami, acceptez-vous ?

 

Antoine RONCHIN, juin 2010

Journaliste et sociologue, Antoine Ronchin collabore à plusieurs revues.

Il a dirigé les Ateliers Thérèse Neveu d’Aubagne

  __________________________________________________________________________________

 

 

 

Lorsqu’il y a presque deux ans aujourd’hui, Philippe ORDIONI et moi avons commencé à rêver cette utopie d’une exposition transversale qui toucherait tous les publics, transversale parce-que inter-culturelle, inter-générationnelle et inter-classes sociales, lorsque nous avons rêvé cette utopie par réaction au monde de l’art que nous trouvions trop élitiste, nous pensions cela comme un jeu qui ne toucherait peut-être que nos amis et nos proches.

Et puis, nos amis justement de l’association RAMA(" Rassemblement Artistique et Musical à Aubagne et Ailleurs ") nous ont permis de rencontrer des groupes de musique et des habitants du Pin Vert, et puis Jean-Luc DIMITRI du Service des Affaires Culturelles d’Aubagne est venu nous chercher pour La Mostra en octobre dernier, et ensuite des projets ont commencé à se former, et Jacques LEBEAU nous a accueilli dans son beau Théâtre. Et entre temps, nous avions pris des photos à La Chapelle des Pénitents Noirs, à la Médiathèque Marcel Pagnol, à la Distillerie, lieu de recherche et de création théâtrale, dans les rues et ailleurs.

En art contemporain, un mot revient souvent celui d’ "Intention ". On a tendance à dire que l’intention fait l’œuvre. Je ne suis pas sure que cela suffise mais je pense que " les bipèdes " ont compris en tout cas quelle était la nôtre, d’intention, et qu’ils ont accepté de poser pour ça.

Si les " Bipèdes du Théâtre Comoedia " ne sont qu’un échantillon de la galerie virtuelle des " Supports mobiles, bipèdes et sympathiques ", ils sont aussi la concrétisation dans la réalité d’une exposition qui montre que des liens artistiques peuvent exister entre les gens quel que soit leur rôle dans la société.

Rodia Bayginot.